Patrick BLOCH

Sculpteur

49 Av. Maurice Berteaux, 78110 Le Vésinet, France

06 28 07 36 01

Participe au Parcours d'art :

Week-ends du 14-15 mai et du 21-22 mai

En dehors du Parcours d'art :

Son atelier est ouvert uniquement sur RENDEZ-VOUS

Je suis né en Provence, à Martigues en 1963.
J’y conserve cet amour des couleurs chaudes propre au midi de la France, cette odeur de garigue et de pinède, le chant des cigales.
En famille avec ma mère et ma sœur, nous avons suivi les pérégrinations de mon père qui travaillait dans l’industrie. Tous les 3 ans, nous changions de lieu de villégiature (Lavéra, Londres, Dunkerque, Paris, Martigues, Londres, Paris…) rien d’exotique mais la découverte de mondes et de cultures différentes était bien présente.
Très tôt, à l’âge de 10 ans, j’ai fait du dessin par la méthode Martenot. J’ai été initié aux formes, aux proportions, aux couleurs. J’ai poursuivi des études artistiques avec des escales dans des mondes plus ou moins éloignés (Bac Agricole). Mon diplôme d’Architecte de Jardin en poche, j’embarque pour la Martinique et la Guadeloupe pour 2 ans. De retour en métropole, c’est dans la publicité que je vais m’épanouir. Un peu de commerce pour m’ouvrir le champ des possibles et me voilà de retour à 100% dans l’univers de la création.
Mes inspirations viennent de la nature, des contrastes provençales entre ses teintes chaudes et le blanc de ses roches calcaires travaillées par les éléments. J’aime les ombres changeantes du midi, sa garrigue, ses pinèdes odorantes, ses couleurs et la force du dessin découpé de ses côtes. Je reste imprégné des couleurs automnales des forêts de bourgogne, des formes ondulantes de la neige recouvrant les Vosges de son manteau de velours blanc, des contours mouvants au détour d’un rayon de soleil, d’un clair de lune. « La sculpture repose sur le vide » comme disait Alberto Giacometti.
M.C. Escher, Salvator Dali, Pablo Picasso, m’ont toujours fasciné et attiré. Ils restent à la frontière du monde réel et de l’impossible, tout comme les mobiles de Alexander Calder, virtuose d’un équilibre précaire et immuable. Comment allier les deux, faire de ces formes une réalité en trois dimensions ? J’ai choisi une matière noble, le bois. On peut le modeler mais la nature y a ses droits. Ainsi, il faut jouer avec les veines du bois qui s’offrent à vous. Je suis à la recherche d’un monde où illusion et réel ne font qu’un.
Vous pouvez toucher, caresser les formes, les courbes, les arrêtes, pour découvrir de nouvelles sensations. Aujourd’hui on me dit proche de Henry Moore, de Barbara Hepworth, flatteur, même si ce n’est pas la source de mes créations.

Patrick BLOCH
Patrick BLOCH
Patrick BLOCH

Site internet et réseaux sociaux

picto-instagram.jpg

patrickbloch

picto-FB.jpg

patrick.bloch.35